Une ourse fugueuse retrouvée après 2 semaines de cavale

La femelle qui s’était échappée de son enclos fait partie d'un groupe de 20 ours du Tibet qui s'est progressivement développé à Sigean dans l’Aude depuis 1974. Ces ours noirs se distinguent par un dessin de poils blancs en forme de V sur la poitrine. La fugitive est née à Sigean en 1982 et pèse actuellement 130 kg pour 1,60 m debout. Elle a eu plusieurs portées mais n'a plus eu d'ourson depuis 2008 et, selon les responsables de la réserve, elle aurait pu vouloir s'éloigner des mâles, actuellement en rut.

Ours du Tibet

L’historique de sa fugue

Dimanche 23 et lundi 24 juin

L'ourse Viviane, recherchée depuis dimanche 23 juin près de la réserve africaine de Sigean, dont elle s’est échappée vers midi, a été aperçue le lundi suivant à la nuit tombante, sans être interceptée. C’est aux alentours de 21h50 qu’un couple a repéré l’ourse sur la route D3 entre Portel-des-Corbières et Sigean, a indiqué la préfecture de l'Aude mardi matin, soit à moins de 5 kilomètres de la réserve.

Les gendarmes et les personnels de la réserve l'ont cependant cherchée en vain jusqu'à une heure du matin et les chiens spécialisés de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage "n'ont pas pris la trace de l'animal", indique la préfecture.

Les autorités ont autorisé la réouverture de la réserve mardi matin. Ils l'avaient fait fermer lundi pour permettre d'optimiser les recherches et dissuader les visiteurs de se rendre dans le secteur.

Mardi 25 et mercredi 26 juin

Deux autres signalements ont été donnés sur l’île Sainte Lucie, mardi matin. "Les recherches ont repris vers 9 heures avec le concours d'un hélicoptère dans le secteur où l'ourse a été aperçue", a ajouté la préfecture. Selon le directeur de cabinet Nicolas Martrenchard, "il existe des indices sérieux de sa présence entre ce secteur et l'étang de Bages tout proche".

Secteur de la fugue

Mais malgré les témoignages, les recherches effectuées le 25 juin et dans la soirée du 26 juin n'ont toujours pas permis de retrouver l'ourse. Jusqu'ici, des battues étaient organisées afin de la retrouver, mais la préfecture de l'Aude a décidé de changer de méthode. Le dispositif de recherche consistera dorénavant à privilégier les recherches sur renseignements. "Une équipe d’intervention composée de gendarmes et de vétérinaires de la réserve de Sigean sera prête à intervenir rapidement dès que l’on aura retrouvé la trace du plantigrade", avait précisé la préfecture.

Dimanche 30 juin

Selon le quotidien "L'Indépendant", c'est un groupe de trois personnes qui a aperçu l'animal jusqu'ici introuvable. Les témoignages de ces trois amis ont été jugés suffisamment crédibles par la gendarmerie pour que le dispositif pour retrouver l'animal soit renforcé dans la zone.

Ces personnes se trouvaient dans une petite cabane lorsqu'elles ont entendu du bruit dans un bosquet non loin. Une masse sombre en sort et s'éloigne. Une vingtaine de minutes plus tard, l'un d'eux décide d'en avoir le cœur net. Il s'approche de l'endroit où la bête a été aperçue et voit à son tour l'animal et surtout, le collier de poil blanc caractéristique de Viviane.

Malheureusement, les nouvelles recherches organisées ce jour-là suite aux derniers témoignages n'avaient rien donné non plus. Une vingtaine de gendarmes étaient mobilisés.

Nuit du 6 au 7 juillet

C’est dans la nuit du samedi au dimanche 7 juillet que Viviane a été retrouvée non loin de là, à Gruissan, "en pleine forme", a annoncé le responsable de la communication de la réserve.

"Elle a été signalée hier en fin de soirée aux alentours de 22 heures à Gruissan par un pécheur. La gendarmerie nous a contacté et une équipe de la réserve s'est rendue sur place. Là, elle a été anesthésiée aux alentours de 1 heure", a raconté Gabriel de Jésus.

"Elle n'a pas maigri! Elle est bien portante. Elle va très bien. Par contre, elle très fatiguée parce qu'elle est encore sous le coup des produits anesthésiants. On l'a isolée dans la nurserie", a-t-il ajouté.

Dangerosité de l’ours du Tibet et recommandations

L’ours du Tibet, un végétarien non dangereux à ne pas trop embêter quand même !

Malgré sa carrure imposante, Viviane ne serait pas aussi dangereuse qu'elle en a l'air. C'est en tout cas ce que la préfecture veut faire passer, l’ourse Tibet "est un animal végétarien qui peut se déplacer près des robines ou des eaux saumâtres". Cette espèce se nourrit essentiellement de baies, fruits ou glands, mais aussi parfois d'invertébrés et de charognes.

Recommandations

Ces ours sont "tranquilles et relativement petits" et il n'y a "aucune raison qu'ils s'en prennent à l'homme", assure la réserve. Les consignes de prudence de la préfecture en cas de rencontre avec le plantigrade sont :

  • Ne pas se mettre à courir.
  • Ne pas la regarder dans les yeux.
  • S'éloigner tranquillement.
  • Appeler le 17.

Il est exclu de lui tirer dessus "car si l'animal était blessé il pourrait devenir beaucoup plus agressif et dangereux", précise la préfecture. Il faut éventuellement tenir son chien, ne pas bloquer l'ourse et lui laisser une possibilité de partir. Enfin, il ne faut pas tenter de la nourrir.

Source : LeParisien

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *