Monsanto : non au Roundup !

Depuis des mois et des mois, une véritable guerre se joue au sein de l'Union Européenne concernant ce pesticide, le plus utilisé au monde. Ce combat est également très symbolique : si le Roundup, "le" pesticide emblématique de Monsanto, est interdit, la firme et sa clique risquent de se retrouver en grande difficultés financières.

Le lobby de l'industrie agricole a réussi jusqu'à présent à contrecarrer les dires de l'OMS concernant le caractère "cancérigène probable" du glyphosate. Grâce à ses propres publications scientifiques, le lobby dénie au Roundup ses caractères cancérigènes. Il a réussi jusqu'à présent à imposer sa position au sein de la Commission Européenne.

A la fin du mois de juin, si rien de nouveau n'est décidé, le Roundup sera banni de l'Europe. Hier encore, faute de majorité, la Commission ne s'est pas prononcée. On sent que cette commission subit la pression des centaines de milliers de citoyens (voir la pétition) qui en réclament l'interdiction. Plusieurs pays vont aussi dans le même sens.

Le 6 juin dernier, faute de majorité et pour la nième fois, la Commission a ajourné sa décision. Pour l'industrie agricole, il est impossible d'imaginer une interdiction. Elle entrainerait, selon elle, une catastrophe. Faute de Roundup, il y aurait une chute importante de la production agricole accompagnée d'une forte augmentation des prix. Inconcevable !

Il est certain que si l'Europe se prononce contre l'utilisation du Roundup, les États Unis (gros utilisateur de cet herbicide lié à l'emploi de graines OGM-Roundup-résistantes) pourrait revoir leur propre position.

Bref, pour le lobby industriel agricole, ces journées sont décisives.

Qui va gagner ? Monsanto ou tous ces Européens de plus en plus attachés à une agriculture respectueuse de l'environnement et à leur santé ?

A suivre !

Source : Mediapart

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *