Libérez l'orque Kshamenk !

Une orque "mâle" appelée Kshamenk est maintenue en captivité dans l’aquarium de Mundo Marino de Buenos Aires en Argentine. Selon Sea Shepherd, elle aurait 26 ans et y vit captive depuis ses 5 ans. En une heure, Kshamenk fait plus de 500 fois le tour de son minuscule bassin, sale et horriblement étroit. C’est l’unique orque captive en Amérique du Sud. Aujourd’hui, Kshamenk a besoin de notre aide: Nous devons absolument convaincre l’aquarium de lui rendre sa liberté.

Une pétition destinée au directeur du parc Mundo Marino mentionne que Kshamenk pourrait être relâché, car ses 5 ans de vie dans son milieu naturel lui ont permis d’apprendre à se nourrir et à vivre dans de bonnes conditions.

[button-red url="http://www.change.org/petitions/presidente-director-rehabilitate-and-release-kshamenk-back-to-the-wild" target="_blank" position="left"] Pétition à signer [/button-red]
 
 
 
L’histoire de sa capture diffère selon celui qui la raconte.

Ce qui est sûre, c’est que Kshamenk a été capturé en 1992 quand il avait environ 5 ans. Il était en train de chasser avec d’autres membres de son groupe le long des côtes de la province de Buenos Aires.

En revanche, personne ne s’accorde sur la suite:

Ceux qui ont capturé Kshamenk à Mundo Marino prétendent que Kshamenk et les autres orques s’étaient échoués dans une petite crique vaseuse dans la baie de Samborombon. Quand la marée se retira, les animaux ne purent rejoindre des eaux plus profondes. Une mission "d’aide" aux orques fut mise sur pied. De tout le groupe, seul KSHAMENK survécut à l’épouvantable capture et est resté en captivité depuis.

D’autres font un récit tout à fait différent: Les orques chassaient au large des côtes de la province de Buenos Aires mais furent intentionnellement ramenées vers le rivage à l’aide d’immenses filets et poussées par la marée, furent prises au piège dans ces eaux boueuses peu profondes et ainsi capturées. Ça n’était pas la première fois que Mundo Marino utilisait cette tactique pour peupler son parc marin ; ils avaient déjà capturé une orque femelle appelée Belen et aussi un mâle plus grand appelé Milagro, qui fut le premier représentant de l’espèce dans cet aquarium.

Kshamenk et Belen étaient récemment encore les deux dernières orques vivantes de l’aquarium. Mais quand Belen mourut après avoir donné naissance à un bébé mort-né conçu par Kshamenk, et manifestement de nouveau fécondée au moment de sa mort, Kshamenk commença à montrer de plus en plus de signes d’agressivité. Il souffre actuellement d’un énorme stress et ressent une profonde frustration liée à son isolement et son confinement. Les experts pensent que sa santé se détériore.

L'orque utilisé comme inséminateur

Il y a quelques années, l’aquarium de Mundo Marino a essayé de vendre Kshamenk à Sea World USA. Cette transaction a été mise en suspens, mais n’a toutefois pas été annulée. Actuellement, Sea World se sert de Kshamenk pour inséminer artificiellement ses orques femelles captives. Le premier bébé de Kshamenk est né en 2013 et est destiné à une vie entière de représentations en captivité, tandis que Kshamenk, son géniteur, se morfond dans sa solitude en Argentine. Sea World devrait avoir honte. Ne soutenez pas les numéros avec des animaux en captivité.

Peut-on la libérer après tant d'années ?

Le mouvement qui se bat pour rendre sa liberté à Kshamenk prend de plus en plus d’importance chaque jour. Les responsables de l’aquarium insistent sur l’argument selon lequel il aurait été prouvé que des orques ayant vécu de longues années en captivité ne survivent pas une fois relâchées. Les activistes qui défendent les droits des animaux ne sont pas d’accord et luttent pour le retour de Kshamenk dans les eaux de Patagonie qu’il n’aurait jamais dû quitter. Plusieurs facteurs jouent en leur faveur:

  • Kshamenk avait cinq ans lors de sa capture. Autrement dit, il a eu suffisamment de temps pour acquérir les techniques de survie dans la nature, telles que la recherche de nourriture, la navigation, la communication et l’utilisation du sonar.

  • Kshamenk montre de l’hostilité envers les dresseurs et les soigneurs. Il refuse tout contact avec les humains. Comme il n’a pas créé de lien avec l’homme durant ses années de captivité, il lui sera beaucoup plus facile de redevenir un animal sauvage.
  • Kshamenk est sans doute une orque nomade, l’une des seules en captivité. Les orques nomades ont un comportement social beaucoup plus flexible que celui des orques résidentes. Ceci signifie que Kshamenk pourrait très bien s’adapter à des groupes autres que sa famille d’origine. Il y a de fortes chances pour qu’il rejoigne un des nombreux groupes d’orques nomades qui sillonnent régulièrement cette région.
  • Kshamenk mérite au moins d’avoir une chance de redevenir libre. S’il reste en captivité, il mourra dans un futur très proche.

Le soutien de Sam Simon, co-créateur des Simpsons

Sam Simon, directeur, producteur, et co-créateur  des Simpsons, a tweeté vendredi dernier une photo inquiétante de cette orque.

Sam Simon a écrit : "C’est Kshamenk, l’orque la plus maltraité dans le monde, obligé d’être plié en permanence pour vivre dans une piscine".

N’oublions pas qu’en France, Marineland d’Antibes enferme aussi des orques dans l’unique but de gagner de l’argent.

Agissez dès aujourd’hui ! Exigez de Mundo Marino qu’ils libèrent Kshamenk et le rendent à l’océan qu’il n’aurait jamais dû quitter.

Sources : Vegactu, Sea Shepherd

Commentaires (1)
  1. DdF 30 juin 2014

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *