Les oubliés de Fukushima

Avant le séisme, le tsunami et la catastrophe nucléaire, la préfecture de Fukushima comptait environs 3 400 vaches, 31 500 cochons et 630 000 poules, selon le ministère de l'agriculture.

Il y a maintenant 2 ans (11 mars 2011) que cette catastrophe naturelle a dévasté le Japon et sa centrale nucléaire à Fukushima. De nombreuses personnes ont dû quitter précipitamment leur maison, créant ainsi des "no man’s land" sordides.

Pas un chat dans les rues ? Pas vraiment car en quittant leur domicile les habitants n’ont eu d’autres choix que d’abandonner leurs animaux. Des chats et des chiens mais aussi des vaches, des cochons, etc... ! En effet, le 22 avril 2012 le gouvernement japonais formait une zone d'exclusion de 20 km autour de la centrale de Fukushima et condamnait des dizaines de milliers d'animaux à mourir de faim.

Signez cette pétition pour ne pas laisser ces animaux mourir de faim !
[button-red url="http://www.change.org/petitions/help-the-starving-animals-of-fukushima" target="_blank" position="left"] Signez la pétition [/button-red]



Mais c’est sans compter sur le courage de femmes et d’hommes qui s’organisent pour aller les récupérer et leur redonner un foyer. Ces bonnes âmes vont parfois bravé les interdictions de circuler au plus près de la centrale, certains en réussissant à se procurer des autorisations, d’autres en risquant de se faire prendre et condamner. C’est le cas de Hiroshi et Leo Hoshi qui ont été arrêté le 28 janvier 2013 pour avoir pénétré la zone d’exclusion sans autorisations pour aller y nourrir et sauver les survivants. Depuis 2 ans ils ont secouru, soigné et fait adopter près de 200 animaux qui se trouvaient là-bas.

Le procès de Hiroshi et Leo Hoshi est en cours, pour les soutenir signez la pétition !

‎Un homme en particulier reste déterminé dans sa lutte. Il s'agit de Naoto Matsumura 52 ans et qui vit seul dans la zone rouge aux abords de Fukushima. Il continue à nourrir les bêtes survivantes de sa ville Tomioka qui comptait près de 17 000 habitants...

N'oublions pas ces gens qui se battent tous les jours et jusqu'au bout pour lutter contre cette barbarie humaine.

Les caméras de 30 millions d'amis ont réussit à accéder à cette zone, voyez le travail de ces bénévoles japonais :

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *