Le mulesing, un procédé douloureux infligé aux moutons australiens

L’Australie produit 30% de la laine utilisée à l’échelle mondiale, exploitant plus de 100 millions de moutons. Le mouton le plus commun en Australie est le "Merinos", élevé spécialement pour sa peau plissée, plus lourde aussi.

Cette surcharge de laine cause l’affaissement de certains moutons et même la mort à cause de la chaleur pendant les mois les plus chauds. Les replis de la laine accumulent de l’urine et de la moisissure qui attire des mouches pondant leurs œufs dans les replis de la peau. Les asticots qui éclosent peuvent manger le mouton vivant (larves de la mouche à viande). Pour prévenir cela, les fermiers australiens procèdent à une opération barbare appelée "mulesing" qui consiste dans un premier temps à forcer le mouton à se coucher sur le dos, lui attachant les pattes à des barres métalliques et sans médicament contre la douleur. Puis ils lui coupent une grosse tranche de chair autour de la queue. Ce procédé sert à empêcher les mouches de déposer leurs œufs sur la surface lisse de tissu complètement à vif. Paradoxalement, cette région exposée se fait attaquer par les mouches avant que la plaie ne guérisse.

Des études récentes ont prouvé que les moutons traités avec des insecticides et ne subissant pas le mulesing montrent une plus faible prévalence pour les myiases que ceux qui ont été soumis aux mutilations. Par ailleurs, les prestigieux créateurs de modes et les magasins de vêtements du monde entier (Abercrombie & Fitch, H&M et Uniqlo) ont rejoint le mouvement consistant à ne pas acheter de laine provenant d'agneaux ayant subi le mulesing.

Cependant, en dépit des immenses efforts pour mettre fin au mulesing, l'industrie lainière australienne continue de traîner des pieds quand il s'agit d'arrêter les mutilations du mulesing. Plutôt que de concentrer ses efforts sur de bonnes pratiques d'élevage ainsi que des solutions humaines telles que l'élevage à l'arrière-train nu, elle autorise que des millions d'agneaux soient écorchés vifs chaque année.

De plus, à peine quelques semaines après la naissance, les oreilles des agneaux sont trouées pour identification, leurs queues sont coupées et les mâles sont castrés lorsqu’ils ont atteint l’âge de 2 à 8 semaines en faisant une incision ou en coupant leurs testicules ou à l’aide d’un anneau de caoutchouc servant à couper la circulation du sang, méthode de castration des plus douloureuse.

Par ailleurs, de nombreux moutons rejetés par l'industrie lainière australienne sont envoyés entassés dans des bateaux d'exports au Moyen-Orient. Les moutons qui survivent à ce terrifiant voyage sont souvent traînés hors des camions par les oreilles et les pattes, ligotés et battus avant de se faire égorger alors qu'ils sont encore conscients…

[button-red url="http://action.petafrance.com/ea-action/action?ea.client.id=45&ea.campaign.id=20666" target="_blank" position="left"] Pétition à signer [/button-red]

 
 

[alert-warning] Attention, cette vidéo peut contenir des scènes choquantes ou perturbantes ![/alert-warning]

 

Sources : Massacre animal, Peta

Comments(8)
  1. Marinerizzo 22 septembre 2017
  2. mamychat 22 septembre 2017
  3. Vaness 23 septembre 2017
  4. Jojo 23 septembre 2017
  5. Mandyze 24 septembre 2017
  6. Ktrin 24 septembre 2017
  7. Dominiquej 25 septembre 2017
  8. Domiloup 25 septembre 2017

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *