L214 : Être tué à l'abattoir de Mauléon

Après Alès et Le Vigan, ces images tournées à l'abattoir de Mauléon-Licharre dans les Pyrénées-Atlantiques montrent de nouveau l'extrême violence de la mise à mort des animaux.

"Dignité, respect, étourdissement, contrôle, bio" : les discours se veulent rassurants. La réalité est toute autre.

Dans cet abattoir, on arrache la vie à des agneaux de lait et des veaux terrorisés. Animaux frappés, mal ou pas étourdis, conscients au moment de la saignée, découpés à vif : une réalité insoutenable.

La viande ne représente aucune nécessité et pourtant des millions d'animaux agonisent derrière les murs des abattoirs. Ne fermons plus les yeux et agissons.

Une pétition


Filmée en caméra cachée en mars, la vidéo témoigne de pratiques d’abattage choquantes et manifestement illégales de bovins, de veaux et surtout d’agneaux de lait – des animaux de moins de 45 jours, pas encore sevrés –, au lendemain de la fête de Pâques. L214, qui lutte contre toute exploitation animale, a déposé une plainte, mardi 29 mars, devant le procureur de Pau pour faits de maltraitance, de sévices graves et d’actes de cruauté, et a lancé une nouvelle pétition pour demander une "transparence effective des abattoirs".

[button-red url="http://www.l214.com/enquetes/2016/abattoir-made-in-france/mauleon/" target="blank" position="left"]Pétition à signer ![/button-red]
 
 
 

Fermeture de l'établissement


A la suite à ces révélations, le maire de Mauléon, Michel Etchebest, a fermé l’établissement "pour une durée indéterminée, à titre conservatoire" afin qu’une enquête puisse faire la lumière sur ces pratiques. Il demande en outre à la direction, dans un communiqué, "de prendre sur-le-champ toutes les mesures et sanctions adéquates envers les auteurs de ces actes, sans préjuger des sanctions ou mesures plus importantes à venir, suite aux résultats qui résulteront de l’enquête réalisée". Le préfet des Pyrénées-Atlantiques, Pierre-André Durand, a également suspendu l’agrément du site pour les activités d’abattage.

Mise en place d'"inspections"



Stéphane Le Foll, ministre de l’agriculture a, pour sa part, ordonné aux préfet de procéder d’ici un mois à des "inspections spécifiques sur la protection animale dans l’ensemble des abattoirs" du pays. "En cas de défaut avéré constaté à l’occasion de ces inspections », M. Le Foll demande « la suspension sans délai de l’agrément de ces établissements", précise le ministère dans un communiqué.

Des sévices qui dépassent l'entendement

Comme dans les abattoirs du Vigan ou d’Alès, la nouvelle vidéo de L214 montre des animaux qui reprennent conscience et se débattent violemment alors qu’ils sont suspendus pour la saignée ; des employés qui commencent les opérations de découpe des pattes et de la tête sur des bêtes encore vivantes ; des salariés qui frappent ou assomment à l’aide de crochets des ovins pas complètement étourdis ; d’autres qui poussent des bovins en leur assénant des coups d’aiguillon électrique sur la tête ; ou encore un agneau écartelé vivant, pris entre deux crochets en l’absence de l’opérateur.

Un abattoir en apparence irréprochable

Pourtant, cette fois encore, ces sévices sont perpétrés dans un établissement à taille humaine et en apparence irréprochable : l’abattoir de Mauléon-Licharre emploie trente-trois salariés et se décrit comme "résolument tourné vers l’abattage de qualité". Il traite chaque année, selon la direction, 3 000 tonnes de viande, dont 40 % proviennent de bêtes élevées dans la vallée de Soule.

Viandes certifiées

Les viandes qui y sont débitées sont pour partie certifiées Label rouge et classées sous le régime européen des Indications géographiques protégées (IGP). L’établissement possède également la certification Ecocert pour l’agriculture biologique. Parmi ses 460 clients, on trouve des particuliers en vente directe, des Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP) et quelques grandes tables parisiennes et chefs étoilés, comme le boucher-star Yves-Marie Le Bourdonnec ou le chef Alain Ducasse.

Une plus forte cadence pour Pâques

"Je suis effondré, catastrophé, réagit, après le visionnage des vidéos, Gérard Clémente, directeur de l’abattoir depuis quarante ans, à deux mois de la retraite. Je suis très souvent dans mon abattoir, j’ai essayé d’améliorer les conditions d’abattage depuis des années, et là, on tourne le dos, et des employés frappent les bêtes. On est cuits." L’homme assure qu’il va congédier les salariés, tout en incriminant les cadences de travail : "Il faut tuer 15 000 agneaux en quinze jours pour Pâques. Si on travaillait plus sereinement, ils ne commettraient pas ce type d’action."

[alert-warning] Attention, la vidéo ci-dessous peut contenir des scènes choquantes ! [/alert-warning]

Source : L214, Le Monde

Commentaires (1)
  1. Lozano 30 mars 2016

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *