Des espèces envahissantes

La question du développement des espèces envahissantes sur le sol métropolitain est un problème préoccupant. Menace pour la biodiversité, vecteurs de parasites ou de germes nouveaux, elles sont l'objet d'une surveillance attentive.

Des espèces menaçantes occupent le devant de la scène. Qu'il s'agisse par exemple du frelon asiatique ou encore du moustique-tigre.

Le frelon asiatique

Depuis son introduction accidentelle en France en 2004, le frelon asiatique a été signalé dans plus de 60 départements. Sa proie préférée ? Les abeilles, des sources abondantes de protéines. Un arrêté du ministère de l’Ecologie, pris le 21 août dernier, permet aux apiculteurs d’utiliser jusqu’au 5 janvier 2014 du dioxyde de souffre pour se débarrasser de ces insectes envahissants.

La crysomèle des racines du maïs

La crysomèle des racines du maïs ou Diabrotica virgifera, est un insecte venu d'Amérique du Nord apparu en France en 2002 près des aéroports de Roissy et Orly. Leurs larves dévorent les racines des pieds de maïs.

L'érismature

L'érismature rousse ou Oxyura jamaicensis est un petit canard venu du Canada. Signe caractéristique : ses petites ailes bourdonnent quand il tente de prendre son envol. Dans les années 2000, l'Officie national de la chasse et de la faune sauvage a conduit un plan d'éradication de ce palmipède qui menaçait la biodivesité.

Le moustique-tigre

Le moustique-tigre, originaire d’Asie du sud-est, est vecteur de deux maladies tropicales, la dengue et du chikungunya. Largement de quoi inquiéter l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) qui le surveille de très près depuis son apparition dans les départements du sud de la France métropolitaine en 2004. Dans les Bouches du Rhône, le dispositif de vigilance aux moustiques-tigres a cette année été étendu jusqu’à fin novembre.

L'hélicelle des Balkans

L'hélicelle des Balkans ou Xeropicta derbentina, est un petit escargot originaire non seulement des Balkans, mais aussi du Caucase et de Crimée. Présent en France sur la côte méditerranéenne et dans le sillons rhodanien depuis la fin des années 1940. De couleur blanche, ils se fixent souvent en grappe sur les végétaux et peuvent aussi transmettre des parasites au bétail.

L'hydrobie des antipodes

L'hydrobie des antipodes ou Potamopyrgus antipodarum est un mollusque venu de Nouvelle-Zélande et qui n'est apparu en France que récemment. Ces minuscules escargots peuplent les cours d'eau où ils broutent les végétaux aquatiques. Une stratégie de limitation et non d'éradication est préconisée contre l'hydrobie.

La grenouille-taureau

La grenouille-taureau ou Lithobates catesbeianus, appelée aussi "ouaouaron", est un batracien d'origine iroquoise. De l'Amérique du Nord, elle a gagné la plupart des régions du monde, dont la France où elle a été volontairement introduite. Mais à partir de 1968, année de l'introduction, la population de cette grosse grenouille s'est très rapidement étendue. En France, son éradication est préconisée car elle menace la survie des espèces autochtones et peut également véhiculer des agents pathogènes exotiques.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *